Le visible et l’invisible :
Approche traditionnelle et scientifique

Philippe BOBOLA

Physicien, biologiste, anthropologue, psychanalyste

Les peuples traditionnels voient en tout objet une manifestation matérielle et immatérielle à la fois.

En effet, selon eux, chaque objet matériel possède un « invisiblia » qui est en lien avec tous les invisiblias existants formant ainsi un réseau de connexions.

Les peuples de la sierra Nevada Santa Marta de Colombie envisagent un monde invisible qu’ils nomment Aluna * (terme kogi) ou “Mémoire et potentiels » qui est la cause de tout ce qui se vit ici-bas. Selon eux nos émotions et pensées polluées ont un impact sur l’Aluna et sont à l’origine de déséquilibres désastreux pour notre planète. Dans cette vision Aluna est donc un espace-temps couplé à notre propre espace-temps mais les temporalités s’y écoulent à des vitesses différentes. Un temps unique est donc abandonné.

De tels concepts sont présents en physique quantique et dans la cosmologie la plus en pointe qui envisagent toutes deux l’existence d’univers couplés (univers Janus), d’univers multiples non visibles, et d’autres modélisations du paramètre temps, entr’autre.

Cette conférence ouverte à tous montrera la convergence incontestable entre ces deux continents en apparence inconciliables que sont science et tradition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.